Sélectionner une page

Cher Père Eric,

C’est toute notre paroisse, Sainte-Marie-en-Presqu’île, que te dit Merci et qui aujourd’hui veut rendre grâce à Dieu de nous avoir donné un tel prêtre ! Unanimement, tous me disent à quel point ta présence les a touchés, à quel point tu leur as fait ressentir la présence du Christ. Il me fut impossible dans mon tour auprès des 1500 paroissiens d’en trouver un seul qui ne me dise pas : « Mais il est incroyable ce père Eric, comment fait-il pour être aussi présent auprès de nous tous, comment fait il pour se démultiplier ainsi ? » En effet, comme avec cinq pains et les deux poissons, Jésus nous donne le Père Eric, le démultiplie et nous sommes tous rassasiés !

Un père pour tous et surtout pour chacun
Pour tous, petits et grands, jeunes et vieux, tu fus présent avec un universalisme bluffant. Est-ce parce que tu as travaillé en entreprise avant de devenir prêtre que tu parviens si bien à connaître nos vies, à être si proche de nous, si ajusté ? Chacun se sent bienvenu auprès de toi, bienvenu et important. Tu déclarais il y a dix ans dans la Croix : « On n’imagine pas le nombre de richesses humaines chez les gens. » Curieux de l’autre, tu lui consacres non pas du temps, tout ton temps ! Comme si tu avais la capacité, toi l’homme pressé, d’arrêter le temps pour te consacrer entièrement à chacun. C’est un miracle ! Et après, tu te souviens. La connaissance intime et précise que tu as acquise de chacun de nous te permet d’être toujours là au bon moment pour nous manifester ton amitié et la présence du Christ : un anniversaire, une fête de famille, un moment difficile, une opération, un deuil… Et cette extrême et vraie gentillesse est exprimée avec délicatesse et naturel. Comme si l’amour était une évidence… Il devrait l’être. Le bon pasteur n’oublie aucune de ses brebis, chacune à la fenêtre eut le droit à son coucou de cette silhouette en mouvement perpétuel depuis la rue pendant ces deux mois de confinement.

Un chef au service de tous
Mais le père Eric n’est pas seulement l’ami qui nous rend Jésus si proche, il est aussi un patron ! Ingénieur de formation, il fut l’ingénieur en chef de la paroisse. En quittant la RATP, il avait dit à son chef à l’époque : « Je rejoins une structure internationale où je vais faire du management. » Et en effet, quelle capacité à repérer et à fédérer les compétences et bonnes volontés ! Eric est un patron qui ne se défausse jamais. Tout doit être traité. Et il y en a des choses à traiter quand on est aussi créatif que lui. L’énergie déborde et se communique. On m’a dit « une idée par minute », je pense que l’on est en deçà de la réalité ! Le Père de Kermadec me disait il y a deux jours être sûr que notre père Eric était l’homme qui décroche son portable plus vite que son ombre ! Ces idées sont immédiatement transmises à ses troupes par mail, sms, whatsapp, courrier spécial, pigeons voyageurs : « On pourrait peut-être…, j’ai pensé que… SVP, faire ou penser à…, » Et quand il utilise l’interface vocale pour dicter son sms, des coquilles se glissent malicieusement et cela peut donner l’impression qu’il a carrément utilisé un téléphone arabe ! Mais si il est un vrai patron, c’est surtout qu’il a compris qu’être chef, c’est être au service des autres. Le monde politique et le monde du travail ferait bien de s’en souvenir. Eric s’exprime ainsi : « J’avoue que c’est ma joie de travailler en équipe, d’être coach, manager ! » Qui aurait pu imaginer une seule seconde qu’Éric Mouterde se contenterait de faire l’intérimaire à Sainte-Marie-en-Presqu’île, d’expédier les affaires courantes ? Pas pour lui ! Il fut notre curé pendant un an à 200%. Ce qui ne l’empêcha pas de jongler avec ses autres fonctions. Là encore démultiplié comme les pains et les poissons pour être donné à chaque fois entièrement que ce soit chez nous ou au diocèse comme vicaire générale des missions. 

Le sportif de Dieu
Notre bon père a donc du souffle ! Comme Jean-Paul II, il pourrait être qualifié de sportif de Dieu. On savait que cet ancien de la RATP préférait le vélo au métro en le croisant régulièrement dans le quartier, ou simplement en le voyant arriver chez nous, malgré son élégance et un col romain toujours impeccable, casqué et avec des pinces à vélo orange au pantalon. Si vous le croisez à la piscine, ne lui demandez pas combien de longueur il a fait, il vous répondra combien de chapelets il a dits ! Au delà de ces activités sportives urbaines, certains ignorent peut-être qu’un véritable esprit d’aventure l’anime. La navigation est une de ses passions et pas seulement et sachez que le père Eric ne se contente pas de monter une marche pour atteindre l’épaule du père Etienne, mais est attiré par les hauts sommets de la vallée de Chamonix notamment. La taille n’est pas un obstacle pour s’élever ! Est-ce cet entraînement permanent qui nous donne l’impression que la croix est si légère, toi qui souris toujours ?

Le père
Oui tu souris et jamais tu n’es négatif. Tu es « l’enthousiasme », enthousiaste signifie étymologiquement avoir Dieu avec soi. Tu as traversé avec humilité les épreuves vécues au diocèse et les turbulences des procès en conservant une humeur égale, malgré la peine profonde ressentie pour les victimes et pour l’Eglise, à travers la figure du Cardinal. Ton regard sur nous est filial, ton expression est celle d’un père. Tu mets toutes les exigences de notre foi, tous les dogmes de l’Eglise, à notre portée, simplement en ramenant tout à l’amour de Jésus. Toi l’homme pressé, tu nous mets sur pause et tu nous fais observer la beauté : d’une église, d’une histoire, d’une personne… Aux enfants, tu parles comme un papa. On sent et on sait que ta famille compte beaucoup par toi et tu voudrais que notre paroisse soit toujours une famille. 

Envoi
Il faut savoir finir un discours-portrait destiné à te dire merci. Ce qui résume au mieux ta personne est sans doute le mot abnégation. Un homme tout donné et qui n’est pas à lui même. Et pour nous, c’est une évidence ! Rendons grâce pour ces 10 ans au service de notre paroisse, et malgré notre tristesse de ce départ, mesurons la chance que nous avons eu d’être guidés par lui. Merci cher Père Eric d’avoir été cet exemple également pour tous ceux qui sont et seront travaillés par la question de la vocation. J’aimerais terminer par cette prière : Seigneur donne des prêtres – comme le père Eric – à ton Eglise et fait de nous des témoins de ton amour. Chantons le ensemble : « Seigneur donne des prêtres – comme le père Eric – à ton Eglise et fait de nous des témoins de ton amour »

Share This

Partager cette page

Partager sur les réseaux sociaux