Vivre le Carême…

Entrer en Carême simplement ! Et si cela pouvait devenir vrai ! Si nous savions avancer sur le chemin qui mène à Dieu sans rechigner, sans marquer de lassitude ?

Le Carême, dans ce que j’ai appris, est temps de conversion. Je ne suis pas un sportif chevronné mais j’ai retenu que, à l’époque, le skieur, arrivé en fin d’une pente prise en travers, devait pour continuer la route, accomplir toute une manœuvre plus ou moins acrobatique pour retourner ses spatules et pouvoir avancer et descendre encore… Il s’agit bien de « se retourner », sans trop regarder en arrière sinon, sans doute, pour mieux choisir la voie à emprunter et avancer au plus vite.

Il nous sera donné, pendant ce temps du Carême, de subir des tentations (1er dimanche) : elles peuvent être le plaisir facile de succomber à une gourmandise tant physique (oh, ces bons gâteaux !!!) que spirituelle (nous sommes bien entre nous et nous oublions de nous rendre proches des autres, d’aller aux périphéries, comme le suggère le pape François !).
Nous aurons encore à contempler le Christ transfiguré (2ème dimanche) – non pour rester dans l’exaltation mystique mais bien pour « nous relever » et marcher vers la Résurrection.
Il nous faudra avoir, comme la Samaritaine, l’humble et pressante envie de boire l’eau proposée par le Christ (3ème dimanche).
Peut-être nous faudra-t-il encore ouvrir nos yeux, trop souvent aveugles aux merveilles de Dieu (4ème dimanche) !
Enfin, avant d’entrer dans la « semaine royale » de notre salut, aurons-nous à reconnaître le Sauveur dans cet « homme comme les autres », cet « homme différent à la fois, le Fils de Dieu » !

Bonne démarche de conversion dans ce temps qui nous est donné gratuitement !

Michel Orecchioni, diacre.

Share This

Partager cette page

Partager sur les réseaux sociaux